Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 7 novembre 2018

Ivan Chupin, Les écoles du journalisme. Les enjeux de la scolarisation d'une profession (1899-2018)

Ivan Chupin
Les écoles du journalisme
Les enjeux de la scolarisation d'une profession (1899-2018)
P.U.Rennes
Res Publica
2018

Présentation de l'éditeur
Les médias occupent une place particulière dans nos démocraties contemporaines. Les journalistes sont souvent critiqués pour leur conformisme et leur « formatage ». Mais on ne sait rien de la manière dont ils sont formés en pratique(s). Jusqu’à quel point des écoles peuvent-elles rester autonomes par rapport à l’État ou des entreprises de médias ? Comment ces savoir-faire se sont-ils codifiés ? Comment le contenu des formations est-il défini ? 
Pour répondre à ces questions, ce livre propose une socio-histoire des écoles de journalisme en France depuis la fin du xixe siècle jusqu’à nos jours. Il offre un nouveau regard sur le lien peu exploré entre formation et profession. Il repose sur l’exploitation d’archives inédites, d’observations et d’entretiens auprès des acteurs de cette histoire. Il raconte comment le journalisme est parvenu suite à l’affaire Dreyfus à se scolariser alors même que la plupart des professionnels considéraient à l’époque qu’il était possible de l’apprendre directement « sur le tas ». À la Libération, le Centre de formation des journalistes (CFJ) est parvenu à imposer avec les syndicats de journalistes un modèle spécifique de formation reposant sur l’alliance de la technique et de l’éthique. Dans les années 1990, ce Centre a perdu progressivement la main sur l’espace de formation à la suite de crises financières. Dans les années 2000, de nouveaux acteurs comme Sciences Po Paris et les IEP de région s’invitent à leur tour dans le monde de la formation au journalisme. Cette recomposition s’accompagne du maintien d’un contrôle par la profession qui parvient ces dernières années à constituer un véritable groupe d’intérêt reconnu par l’État
Ivan Chupin est maître de conférences en science politique à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines/IEP de Saint-Germain-en-Laye au laboratoire Printemps, UMR 8085, CNRS. Il a publié plusieurs ouvrages sur les médias comme Journalisme et dépendances en 2006 (avec Jérémie Nollet) et une Histoire politique et économique des médias à la Découverte (avec Nicolas Kaciaf et Nicolas Hubé) paru en 2009. Ses travaux portent par ailleurs sur le journalisme politique en Russie ainsi que sur les représentations médiatiques de l’agriculture en France.

Introduction






Aucun commentaire: