Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


dimanche 7 mars 2010

10 mars, Michel Koebel pour la présentation du dossier de la revue Savoir/Agir N°11



















Le réseau Pierre Bourdieu un hommage a le plaisir de vous inviter à la présentation par Michel Koebel du dossier Régions, territoires locaux et proximité de la revue Savoir/Agir N°11, sur l'espace second life Pierre Bourdieu un hommage.

Date et Lieu: 10 mars à 21h30 sur l'espace second life Pierre Bourdieu un hommage

Suivez ces liens pour écouter et poser vos questions:
Comment s'inscrire sur second life?
Second Life Registration
Une fois l'inscription faite et le logiciel téléchargé on clique sur le lien suivant pour aller directement sur l'espace Pierre Bourdieu un hommage



Présentation du dossier
Savoir/Agir n°11
Éditions du Croquant
Sortie prévue : mars 2010

Régions, territoires locaux et proximité
Dossier coordonné par Michel Koebel, Patrick Lehingue et Frédéric Pierru

Suppression de la taxe professionnelle, inversion des processus de décentralisation par durcissement de la contrainte budgétaire, remplacement des conseillers généraux et régionaux par des conseillers territoriaux moins nombreux mais mieux pensants, redécoupage des territoires et des compétences, fronde des notables sénatoriaux … À l’occasion des élections régionales de mars 2010, il nous a paru opportun de traiter de la question des territoires locaux.
Classiquement opposé au « national », le « local », de par les propriétés qui lui sont parfois très généreusement associées (diversité, dynamisme, inventivité, proximité, gestion sinon apolitique au moins non partisane, traitement sur le terrain des urgences sociales, laboratoire d’expérimentations et de démocratie participative…), est souvent paré de toutes les vertus et certains de ses représentants censés incarner au quotidien d’autres manières de faire de la politique. Si l’on admet avec Jacques Lagroye, « que les "notions" de local et de national sont des catégories forgées par les acteurs à d’autres fins que scientifiques, et que le chercheur ne peut donc s’approprier qu’avec une infinie prudence », le caractère proprement mythologique de cette opposition binaire durcie peut être vérifié à l’approche des élections régionales sur toute une série de questions.
En quoi les scrutins régionaux (derniers venus dans la liste des « nominations électives au suffrage universel ») sont-ils si singuliers ? Les mécanismes de structuration de l’offre (délimitation des éligibles et constitution des listes) sont-ils spécifiques ? Les conseillers régionaux qui en sont issus sont-ils socialement plus représentatifs de leurs électeurs que les titulaires d’autres mandats ? Au terme de trois décennies, comment évaluer le degré réel d’autonomie et de particularisme dont bénéficieraient les collectivités locales ? Quels effets a eu la montée en puissance de l’intercommunalité sur le jeu politique local ? Pour des raisons budgétaires, n’assiste t’on pas dans certains domaines (la santé, par exemple) à une dynamique de « verticalisation » qui restreint toujours plus les marges de manœuvre des collectivités territoriales aux prises avec des services déconcentrés de l’Etat fusionnés donc toujours plus puissants ?

§ Les singularités des élections régionales en France (Patrick Lehingue)
§ Décentralisation et autonomie de l’espace politique local (Michel Koebel)
§ Les effets des transformations économiques sur le jeu politique local (Frédéric Pierru)
§ La démocratisation de l'intercommunalité n’aura pas lieu (Fabien Desage et David Guéranger)
§ La composition des listes socialistes aux élections régionales. Velléités rénovatrices et néo-féodalisation du PS (Rémi Lefebvre)
§ Une démocratisation hybride ? Les élus régionaux entre représentation-miroir et élitisme social (Laurent Godmer)

(merci à Michel Koebel et Alain Oriot pour les infos ci-dessus)

Aucun commentaire: