Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



jeudi 16 décembre 2010

Eveline Pinto, AUTOBIOGRAPHIE, CONFESSIONS IMPERSONNELLES, AUTO-ANALYSE

Eveline Pinto, AUTOBIOGRAPHIE, CONFESSIONS IMPERSONNELLES, AUTO-ANALYSE, Questions de communication, Numéro 9 - 2006, 435-453

Résumé. - Pierre Bourdieu pratique son auto-analyse à l'aide du capital scientifique accumulé dans un parcours de sociologue, avec une visée totalement étrangère au propos narcissique de l'ethnologie post-moderne et du genre littéraire « récit de vie ». Son projet est d'effectuer, sur lui-même, le travail d'objectivation auquel il a soumis les créateurs, écrivains, philosophes et artistes, et de démontrer par une sorte d'expérimentation ultime, la validité de la science des oeuvres dont il est l'auteur. Lauto-analyse et l'autobiographie sont deux démarches très différentes. Dans ces pages, il sagit de montrer la spécificité de cette écriture sociologique de soi, et de faire voir, à partir du présupposé durkheimien (« l'inconscient, c'est l'histoire ») et de l'immense savoir que Pierre Bourdieu possédait, ce qui a rendu possible cette sociologie de la sociologie : une pratique de la réflexivité appliquée aux travaux et à l'individualité qui les produit.



Eveline Pinto est professeur émérite à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Directrice du Centre de recherche sur la philosophie des activités artistiques contemporaines jusqu'en 2004 à l'université de Paris 1, elle a coordonné et publié :
Formalisme, jeu des formes, Publications de la Sorbonne, Paris 2001
Penser l’art et la culture avec les sciences sociales. En l’honneur de Pierre Bourdieu, Publications de la Sorbonne, Paris, 2002
L’écivain, le savant et le philosophe, Publications de la Sorbonne, Paris, 2003
Pour une analyse critique des médias. Le débat public en danger, Éditions du Croquant, Broissieux, 2007

Aucun commentaire: