Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 28 septembre 2011

Engagements, rébellions et genre dans les quartiers populaires en Europe (1968-2005)

Engagements, rébellions et genre
dans les quartiers populaires en Europe (1968-2005)

sous la direction de  Sophie Beroud, Boris Gobille Abdellali Hajjat et Michelle Zancarini-Fournel
Editions des archives contemporaines
2011




Présentation de l'éditeur
Ce livre fait le pari d’analyser en profondeur les rébellions urbaines sur la moyenne durée (de 1968 à 2005) et de croiser la question des engagements et du genre ce qui implique des approches comparatiste et pluridisciplinaire – histoire, science politique et sociologie sont ainsi convoquées - ainsi que jeux d’échelles – quartier, entreprise, ville, pays, espace européen. Ce qui pourrait apparaître à première vue comme une fragmentation, permet en réalité, tel un kaléidoscope, de recomposer des configurations en désenclavant les phénomènes de rébellions pour leur donner sens et de mettre en lumière la circulation des représentations, des pratiques, des modalités d’action d’un espace et d’une révolte à l’autre. Ainsi se dessinent les processus d’identification et les enjeux identitaires comme les processus d’association et de politisation dans les moments de rupture et de recomposition individuelle et collective. 
Publié sous la direction de Sophie BEROUD, Boris GOBILLE, Abdellali HAJJAT et Michelle ZANCARINI-FOURNEL, avec leurs contributions et celles de Robert FRANK, Marie-Carmen GARCIA, Sophie Body GENDROT, Camille HAMIDI Gérard MAUGER, Foued NASRI Andrea REA, Valérie SALA PALA, Bettina SEVERIN-BARBOUTIE, Anne TATU COLLASSEAU et Gilles VIEILLE MARCHISET

Aucun commentaire: