Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



jeudi 31 mai 2012

à paraître: Cités 2012 - N° 51. Bourdieu politique

Cités 2012 - N° 51. Bourdieu politique
Puf
septembre 2012

sommaire
Bourdieu politique

I Dossier
Marie-Anne Lescourret, Présentation
Derek Robbins, La philosophie et les sciences sociales : Bourdieu, Merleau-Ponty et Husserl
Luc van Campenhoudt, Réseau ou champ ? Deux concepts à l'épreuve du pouvoir dans le « travail en réseau »
Juliette Grange, Foucault, Bourdieu et la république
Jean-Pierre Cléro, La politique pascalienne de Bourdieu
Gérard Mauger, La sociologie est une science politique
Marie-Anne Lescourret, La grande illusion
Claude-Marie Gautier, La représentation chez Pierre Bourdieu : de la délégation comme décision à la délégation comme dépossession hypothèses de lecture
Marcel Fournier, Bourdieu, la raison et la rationalité
Inédit de Bourdieu

II Vie politique
Autour des résultats des présidentielles

III Vie intellectuelle
Hugues Dufourt, Les paradigmes du processus et du matériau et leurs crises dans la musique occidentale

IV Recensions
Livres sur/de Bourdieu

Aucun commentaire: