Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 19 juin 2012

Actes de la recherche en sciences sociales n°193, Le conseil de l’État (1)



Actes de la recherche en sciences sociales n°193, Juin 2012, Le conseil de l’État (1)
Expertise privée et réformes des services publics

Numéro coordonné par Odile Henry et Frédéric Pierru
Les consultants et la réforme des services publics
Odile Henry et Frédéric Pierru
Etat, experts et savoirs néo-managériaux
Les producteurs et diffuseurs du New Public Management en France depuis les années 1970
Philippe Bezes
Du grand soir au clair obscur
Expertise économique et privatisation bureaucratique de l’assurance maladie
Daniel Benamouzig
Du militant au manager
La trajectoire d’un syndicaliste au sein d’une entreprise publique
Sylvain Thine
………………………………………………………………………………………………………………………
Hors thèmes :
L’économie symbolique du capital social
Note pour un programme de recherche
Bruno Cousin et Sébastien Chauvin


Aucun commentaire: