Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 6 novembre 2012

Les universités nouvelles Enjeux et perspectives, Sous la direction de Lyse Roy et Yves Gingras

Les universités nouvelles
Enjeux et perspectives
Sous la direction de
Lyse Roy et Yves Gingras
Presses de l'Université du Québec
2012
  • Collaborateurs:
    Dan Antonat
    Denis Bertrand
    Sylvie Bonin
    Johanne Bujold
    Claude Corbo
    Pierre Doray
    Caroline Dufour
    Virginie Fonteneau
    Marcel Fournier
    Patrick Guillemet
    Lorna Heaton
    Françoise Hiraux
    Michel Jébrak
    Hocine Khelfaoui
    Maurice Lagueux
    Pierre Lamard
    Yves-Claude Lequin
    Poul Bitsch Olsen
    Carole Sigman
    Charles Soulié
Présentation de l'éditeur
Depuis les années 1960-1970, les institutions universitaires connaissent une formidable expansion en Europe comme en Amérique. Ces « universités nouvelles » se présentent alors, de façon consciente et intentionnelle, en rupture avec les institutions anciennes. Elles se démarquent par de nouvelles façons de faire et innovent sur de multiples plans. Parmi ces institutions nouvelles, on retrouve également des écoles techniques élevées au rang d’universités, sous la force d’attraction des institutions d’enseignement supérieur, de façon à mieux répondre aux besoins sociaux et économiques.
À l’occasion du 40e anniversaire de l’Université du Québec à Montréal, les auteurs ont voulu non seulement se pencher sur l’histoire de cette université, mais également élargir leurs réflexions à l’ensemble des universités nouvelles et en dégager les principaux enjeux. Des études sur le Québec et le Canada, mais aussi sur la France, la Belgique, le Danemark, l’Algérie et l’URSS, sont ainsi présentées. La nouveauté de ces institutions est ici analysée sous ses aspects politiques, institutionnels, pédagogiques, sociaux, symboliques et architecturaux. Bref, ce livre fait état des transformations qu’ont connues les universités nouvelles dans les trente dernières années, transformations qui ont contribué à construire un nouveau mythe d’âge d’or dans l’histoire des universités.

Aucun commentaire: