Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 24 décembre 2012

Bande-annonce: Le Grand Retournement, un film de Gérard Mordillat (d'après la pièce de Frédéric Lordon)


Sortie : Le 23 janvier 2013

Le Grand Retournement

 un film de Gérard Mordillat
  • Avec François Morel, Jacques Weber, Edouard Baer, Patrick Mille
  • D’après la pièce de Frédéric Lordon « D’un retournement l’autre. Comédie sérieuse sur la crise financière »
  • Production : Stephan Films
  • France, 2012, 1h17, DCP
Synopsis
C’est la crise, la bourse dégringole, les banques sont au bord de la faillite, le crédit est mort, l’économie se meurt… Pour sauver leurs mises les banquiers font appel à l’État. L’État haï est soudain le sauveur ! Les citoyens paieront pour que le système perdure, que les riches restent riches, les pauvres pauvres. Adapté de la pièce de Frédéric Lordon cette histoire d’aujourd’hui se raconte en alexandrins classiques.  C’est tragique comme du Racine, comique comme du Molière…
----------------------------------
Mercredi 16 janvier 2013, au Théâtre Toursky à Marseille, à partir de 19h00 sera projeté en avant-première le nouveau film de Gérard Mordillat "Le Grand Retournement", réquisitoire sans appel contre la folie financière, tout en truculence et jubilation, et en alexandrins de Frédéric Lordon, un économiste qui nous rassure dans notre capacité à ruiner la pensée unique.

La projection sera suivie d’un débat avec
Gérard Mordillat et Frédéric Lordon.

Ce sera
l’unique projection de ce film à Marseille qui, si elle est la capitale européenne de la culture, n’est malheureusement pas la capitale du cinéma.

Mais avant la projection, le Cercle des Déconnomistes en présence du
Grand Mamamouchi, de Gérard Mordillat et de Frédéric Lordon annoncera officiellement la tenue des deuxièmes Rencontres Déconnomiques qui se dérouleront début juillet à d’Aix en Provence.
La réservation au Théâtre Toursky est absolument indispensable en téléphonant au 04 91 02 58 35.


Dany Bruet
Correspondant des AMD d’Aix-en-Provence
 

Aucun commentaire: