Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



vendredi 22 mars 2013

Solenne Jouanneau, Les Imams en France. Une autorité religieuse sous contrôle

Solenne Jouanneau
Les Imams en France
Une autorité religieuse sous contrôle
Agone
2013
Extrait
 
Présentation de l'éditeur
Qui sont, en France, les imams officiant dans les mosquées et quel rôle quotidien remplissent-ils auprès de leurs fidèles ? Fruit de six années d’enquête, ce livre rassemble des données inédites sur ces clercs immigrés ou migrants devenus clercs dont les médias ne parlent que lorsqu’ils sont expulsés. Il repose sur la collecte des récits de vie et de pratiques de plusieurs dizaines d’imams, une observation quotidienne dans la mosquée d’un quartier populaire, et des archives du ministère de l’Intérieur.
Sociologue, Solenne Jouanneau est maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Strasbourg. Ses travaux se situent au croisement de la sociologie de l’immigration et de la sociologie du fait religieux.
Semblables aux « très humbles » chefs cosaques ne pouvant devenir chefs qu’après avoir été appelés, les prétendants au titre d’imam ne peuvent afficher ostensiblement leur « prétention » à devenir imam. Une candidature trop explicite reviendrait à transgresser le désintéressement et le dévouement censés régir les salles de prière dans lesquelles ils pourraient être amenés à officier. Ainsi, la plupart des mises en récit que les imams bénévoles opèrent en entretien, pour expliciter leur accession au minbar, sont généralement construites comme des récits de « non choix ». Ils visent à dire comment on en vient, par sen- timent d’obligation morale, « pour rendre service », à occuper la position d’imam sans jamais l’avoir vraiment souhaitée.

Aucun commentaire: