"Je ne dis pas que l’État est la solution de tous les problèmes, mais l’État est une des seules armes que nous ayons pour contrôler toutes sortes de fonctionnement et de processus tout à fait vitaux, et en particulier tous ceux qui touchent à l’intérêt général et aux services publics. Je suis tout à fait favorable à la création d’un État transnational ou mondial. Mais, dans l’état actuel, c’est une utopie. Cela dit, la taxe Tobin, c’est un pas vers l’État mondial. Keynes disait déjà qu’il fallait faire une banque mondiale, ce qui va dans le sens de l’État mondial. Et il faudrait ensuite pouvoir contrôler cette banque, et prélever les impôts pour l’alimenter. Mais peut-être est-ce une utopie un peu folle. En attendant cet État mondial, je pense que les États nationaux sont le seul instrument que nous ayons pour opérer une redistribution raisonnable des revenus des plus riches aux plus pauvres, pour égaliser les chances d’accès à l’économie, à la culture. Donc, on ne peut dire qu’on va se passer de l’État.
En tout cas, ce qui est sûr, c’est que les conséquences de la destruction de l’État, on ne les verra que dans vingt ans. Par exemple, dans vingt ans on dira que le taux de cancer a augmenté dans les villes en liaison avec la pollution. Je trouve anormal que les médecins ne le disent pas maintenant. (On commence à dire très prudemment que le taux d’asthmatiques parmi les enfants a très fortement augmenté en liaison avec la pollution.)"
Bourdieu, Entretien du 26 janvier 2000 par Bertrand Chung, Mondialisation et domination : de la finance à la culture, Cités, 2012/3 (n° 51), Bourdieu politique , PUF, 2012, p.133

jeudi 18 avril 2013

écouter: Colloque "Les sources de la mondialisation : pour une approche réflexive"

Le colloque international "Les sources de la mondialisation : pour une approche réflexive" s'est déroulé les mercredi 19 et jeudi 20 septembre 2012 à Guyancourt.
Sous la responsabilité scientifique de Lamia Missaoui et Olivier Roueff (Laboratoire Printemps CNRS-UVSQ) et Thomas Brisson (LABTOP, Université Paris 8 Vincennes - Saint Denis), ce colloque a été organisé avec le soutien de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, de la délégation régionale Ouest et Nord du CNRS, de la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines et de l’UFR des sciences sociales de l’UVSQ.

Mercredi 19 Septembre

Mondialisation et normes

Yves Dezalay (CESSP, CNRS)
L’internationalisation  des marchés d’expertise professionnelle comme clef d’entrée dans  la mondialisation des ‘luttes de palais’

Gilles Lhuilier (Professeur de droit à l’Université de Bretagne Sud)
« Normative spaces ». La localisation mondiale des lois par les acteurs privés

Didier Demazière (CSO, CNRS)
Comment interroger l’évidence d’une mondialisation du chômage ? Une démarche de comparaison internationale compréhensive

Isabelle Giraudou ( Maison franco-japonaise de Tokyo,CNRS-MAEE)
Les Principles of Asian Contract Law (PACL) : objet d’une recherche de droit global ?

Catégoriser/Quantifier la Mondialisation

Jean-Yves Mollier (CHSCS, UVSQ)
« Quelques réflexions sur la circulation des imprimés dans le monde (XVe-XXIe siècles) »
Gisele Sapiro ( CESSP, EHESS )
La mondialisation dans le domaine de la production culturelle : le cas du marché du livre et de la traduction

Stephane Dufoix (SOPHIAPOL, Université Paris Ouest Nanterre)
Comment les mots viennent au monde… Socio-sémantique historique et mondialisation 

Stéphanie Treillet (CEMOTEV-UVSQ)) et  Dominique Mertens-Santamaria (CEMOTEV-UVSQ)
La mondialisation en économie, entre stratégie des firmes et politiques des États

Jeudi 20 Septembre

les Economies de la Mondialisation

Carlos Alba-Vega (Centre d’études internationales, Colegio de Mexico)
Globalisation par le bas et enjeux politiques à Mexico

Olivier Pliez (LISST, CNRS)
Suivre des routes discrètes de la mondialisation, une approche géographique multisituée

Helene Le Bail (Maison franco-Japonaise de Tokyo, CNRS-MAEE)
Mobilités transnationales dans un contexte de récessions démographique et économique : le cas des Chinois au Japon

Hélène Pellerin (École d’études politiques, Université d’Ottawa)
Regard critique sur la mondialisation : la mobilité des personnes comme forme d’internationalisation des firmes

Lieux et Echelles de la Mondialisation

Gustavo Sora (CONICET, Université nationale de Cordoba)
Défis d’une ethnographie du centre du monde éditorial à partir de ses rapports avec l’Amérique Latine

Mathieu Hauchecorne (Printemps, UVSQ)
Théories sans frontières ? Circulation transnationale des idées et mondialisation



(Source: Printemps. Professions, Institutions, Temporalités)

Aucun commentaire: