Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



jeudi 21 août 2014

Gisèle Sapiro, La sociologie de la littérature

Gisèle Sapiro
La sociologie de la littérature
Repères n°641
La Découverte
2014

Présentation de l'éditeur
Qu'est-ce qui explique la création littéraire ? La biographie de l'auteur ? Les oeuvres contemporaines ? L'histoire littéraire nationale ? Ou les attentes du public ?
La sociologie de la littérature, dont le présent ouvrage propose un état des lieux, est un domaine en pleine expansion. Visant à dépasser le clivage entre analyse interne et analyse externe, elle explore les médiations entre les oeuvres et les conditions sociales de leur production sous trois angles : les enjeux politico-économiques et le mode de fonctionnement du champ littéraire ; la sociologie des oeuvres ; les conditions de leur réception. Des exemples tirés d'enquêtes empiriques illustrent les méthodes utilisées, qu'elles soient qualitatives (analyse textuelle, entretiens, observation) ou quantitatives (prosopographie, analyse de réseaux). Sans oublier les perspectives transnationales.
Inscrit dans un dialogue interdisciplinaire avec l'histoire de la littérature et les études littéraires, ce livre aborde aussi les intersections entre la sociologie de la littérature et d'autres spécialités comme la sociologie de l'art, de la culture, des rapports de classe, de sexe et de « race », du genre, des professions, des médias, de l'édition, de la traduction et de la mondialisation. 
Gisèle Sapiro est directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Spécialiste de sociologie des intellectuels, de la littérature et de la traduction, elle est l’auteure de La Guerre des écrivains, 1940-1953 (Fayard, 1999, rééd. 2006) et de La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France, XIXe-XXIe siècle (Seuil, 2011). Elle dirige la collection « Culture et société » chez CNRS Éditions.

Aucun commentaire: