Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



dimanche 26 avril 2015

Franck Fischbach, Philosophies de Marx

Franck Fischbach
Philosophies de Marx
Vrin
2015

Présentation de l'éditeur
Philosophies de Marx, au pluriel. Cela veut dire qu’il y a bien de la philosophie chez Marx, mais que cette philosophie ou plutôt ce philosophique résiste à son unification et s’affirme comme pluriel. Sans doute aura-t-il fallu que l’on renonce à unifier la pensée de Marx en une doctrine pour la redécouvrir comme philosophique. Le présent ouvrage se propose d’exposer ce pluralisme philosophique marxien sous trois rapports qui s’imposent plus que d’autres mais qui ne sont pas exclusifs d’autres : la philosophie de l’activité, la philosophie sociale, la philosophie critique. Ce sont trois directions dans lesquelles le philosophique chez Marx a insisté et a cherché à se déployer, mais sans jamais se stabiliser ni s’unifier – sinon peut-être tendanciellement dans la troisième perspective, qui ne désigne cependant pas une doctrine mais une attitude critique. Plus qu’une philosophie, ce que Marx nous a transmis est une certaine pratique de la critique dans la théorie (qu’on peut appeler « philosophie ») et la tentative de l’articuler aux pratiques sociales elles-mêmes critiques.

Aucun commentaire: