Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



vendredi 2 octobre 2015

Karl Kraus, Monologues du Râleur et de l’Optimiste


Karl Kraus 
Monologues du Râleur et de l’Optimiste
Traduit de l’allemand par
J.-L Besson & H. Christophe
Agone
Cent mille signes
2015 

Présentation de l'éditeur
L’Optimiste : Mais quand un jour ce sera la paix…
Le Râleur : … alors la guerre commencera !
L’Optimiste : Toute guerre s’est cependant conclue par une paix.
Le Râleur : Pas celle-ci. Elle ne s’est pas déroulée à la surface de la vie mais a dévasté la vie elle-même. Le front a gagné l’arrière. Il y restera. Et l’ancienne mentalité viendra se greffer sur cette vie modifiée, s’il en existe encore une. Le monde sombrera, et l’on n’en saura rien. Tout ce qui existait hier, on l’aura oublié ; ce qui est aujourd’hui, on ne le verra pas ; ce qui sera demain, on ne le craindra pas. On aura oublié qu’on a perdu la guerre, oublié qu’on l’a commencée, oublié qu’on l’a faite. C’est pourquoi elle ne cessera pas.
« Ce drame, dont la représentation, mesurée en temps terrestre, s’étendrait sur une dizaine de soirées, est conçu pour un théâtre martien. » Ainsi commencent Les Derniers Jours de l’humanité. Nous avons retenu ici l’essentiel des interventions de deux personnages, le Râleur (Kraus lui-même) et l’Optimiste (un loyal patriote autrichien), dont l’opposition rappelle et ferme une action « éclatée en centaines de tableaux ouvrant sur des centaines d’enfers », une action dont l’auteur a arraché le contenu aux cinq années qu’a duré la Première Guerre mondiale : « Années durant lesquelles des personnages d’opérette ont joué la tragédie de l’humanité ».
La vie de l’écrivain et journaliste viennois Karl Kraus (1874–1936) se confond avec l’inlassable bataille qu’il mena dans sa revue Die Fackel (Le Flambeau) contre la corruption de la langue et donc, à ses yeux, de la morale.

Aucun commentaire: