Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 4 juillet 2018

Actes de la recherche en sciences sociales, n°223, Juin 2018, La résistible institutionnalisation de la cause des femmes



Actes de la recherche en sciences sociales, n°223, Juin 2018, La résistible institutionnalisation de la cause des femmes
Seuil

Dans de nombreux pays, l’égalité des sexes est devenue, notamment sous l’impulsion des mouvements féministes, une cause endossée par des acteurs et actrices au sein d’institutions variées (administrations, partis politiques, syndicats, entreprises, ONG, etc.). Cette institutionnalisation de la cause des femmes est au coeur de ce dossier, qui s’intéresse tant aux processus par lesquels des institutions s’emparent de cette cause qu’aux effets de cette institutionnalisation. 
En rompant avec une perspective qui pose a priori une rupture entre militantisme et institutions et en s’appuyant sur des études empiriques dans différents contextes nationaux (France, Inde, Égypte), il s’agit d’abord de repenser la question de la dépolitisation à partir d’une analyse des conditions historiques et sociales d’émergence et de diffusion de la cause des femmes dans différents sites institutionnels et pays. En outre, l’attention portée aux propriétés sociales des actrices et acteurs, ainsi qu’aux contraintes institutionnelles pesant sur elles/eux, permet de mettre en évidence les effets ambivalents de ces processus : la définition-même de la cause des femmes est l’objet de renégociations pouvant affecter son contenu et sa diffusion au sein des institutions demeure toujours fragile et réversible.



4 La cause des femmes dans les institutions
Soline Blanchard, Alban Jacquemart,
Marie Perrin et Alice Romerio

12 Les enjeux de la mémoire
chez les historiennes des femmes, 1970-2001
Marion Charpenel

26 La professionnalisation
de la cause des femmes en Inde
Virginie Dutoya

44 Le mouvement des travailleuses domestiques
en Égypte : entre ONG locales et ressources globales
Ranime Alsheltawy

58 L’égalité professionnelle en agriculture
Un féminisme modéré au service du patronat familial
Clémentine Comer

72 Diriger comme un homme moderne
Les élites masculines de l’administration française
face à la norme d’égalité des sexes
Laure Bereni et Alban Jacquemart

88 Résumés


Aucun commentaire: