Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



jeudi 20 juin 2013

en ligne: Savoir/agir n°21, Travail et dépossession

Éditorial
Le nouvel espace politique européen, par Frédéric Lebaron

Dossier

Travail et dépossession, coordonné par Manuel Schotté et Laurent Willemez
Quand la normalisation du travail subvertit la norme salariale, par Karel Yon
Le régime de l’auto-entrepreneur  : une alternative désirable au salariat  ?, par Hélène Stevens
Le plein-emploi comme seule alternative à la précarité  ?, par Mathieu Grégoire
Les aides à domicile, par Emmanuelle Puissant
Des TUC aux « emplois d’avenir », par Matthieu Hély
Coopératives et travail autonome, un entretien avec Alain Oriot
Grand entretien avec Patrick Lehingue et Daniel Gaxie
Comportements électoraux (Nathalie Éthuin et Louis Weber)
Paroles
Quand l’activité syndicale n’est pas une mince affaire... (Laurent Willemez)
La rhétorique réactionnaire
La politique du symbole, par Gérard Mauger
Alterindicateurs
Les indicateurs sociaux et le débat public après le rapport Stiglitz-Sen-Fitoussi, par Frédéric Lebaron
Actualité
Les résistances à la guerre d’Algérie, par Nils Andersson

Aucun commentaire: