Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 18 septembre 2013

Actes de la recherche en sciences sociales, n°199, "Pauvre consommateur"

Actes de la recherche en sciences sociales, n°199, "Pauvre consommateur", Seuil, septembre 2013


Numéro coordonné par Jérôme Bourdieu et Louis Pinto

La construction sociale d’une fiction juridique :Le consommateur, 1973-1993
Louis Pinto

Un distant miroir
La campagne pour l’alimentation rationnelle et la fabrication
du « consommateur » en France au tournant du XXe siècle
Martin Bruegel

Le « choix » en économie
Le cas des consommateurs pauvres
Ana Perrin-Heredia

« Consommateurs imaginaires »
modèles de la politique des consommateurs
Une approche sociologique
Eva Barlösius


Le consommateur au crible
de la commission de surendettement
Régime de visibilité, régime de crédibilité
et régime de normalité de la dette du particulier
Sébastien Plot

INTERVENTIONS SCIENTIFIQUES 
La barrière ne fera pas le niveau
La sélection à l’université : une fausse solution à un problème mal posé
Romuald Bodin et Sophie Orange


Aucun commentaire: