Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 26 janvier 2016

Benoit Gaultier, Qu’est-ce que le pragmatisme?

Benoit Gaultier 
Qu’est-ce que le pragmatisme? 
Vrin
Chemins philosophiques
2016

Présentation de l'éditeur
Le pragmatisme semble être devenu la chose du monde la mieux partagée. A la fois révolution philosophique et réhabilitation du sens commun, il est en tout cas difficile aujourd’hui de se déclarer anti-pragmatiste sans apparaître vouloir défendre une forme dépassée de ratiocination scolastique. Cet état de fait nécessite qu’une réponse claire soit apportée à la question « Qu’est-ce que le pragmatisme? ».
La thèse qui se trouve défendue dans cet ouvrage est que le cœur, à la fois historique et conceptuel, du pragmatisme consiste dans une théorie de la rationalité épistémique dont suit une théorie de la vérité et, plus particulièrement, de son rôle dans la croyance et l’enquête. Le commentaire du texte de Peirce permet d’aborder la question de la nature du faillibilisme et de la manière dont l’enquête scientifique doit être régulée.

Benoit Gaultier est actuellement chercheur postdoctorant à l’université d’Helsinki et co-dirige depuis 2015 le Groupe de Recherche en Epistémologie (GRE) attaché à la chaire de métaphysique et de philosophie de la connaissance du Collège de France.

Aucun commentaire: