Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 28 mars 2011

en ligne: Actes de la recherche en sciences sociales no 145, 2002/5, La circulation internationale des idées

Actes de la recherche en sciences sociales
no 145, 2002/5
La circulation internationale des idées
Seuil

Page 3 à 8
Pierre Bourdieu,   Les conditions sociales de la circulation internationale des idées

Page 9 à 20
François Denord,   Le prophète, le pèlerin et le missionnaire La circulation internationale du néo-libéralisme et ses acteurs

Page 21 à 33
Louis Pinto,   (Re)traductions Phénoménologie et « philosophie allemande » dans les années 1930

Page 34 à 46
Éric Brian,   Transactions statistiques au xixe siècle Mouvements internationaux de capitaux symboliques

Page 47 à 60
Victor Karady,   La migration internationale d'étudiants en Europe, 1890-1940

Page 61 à 70
Gustavo Sorá,   Un échange dénié La traduction d'auteurs brésiliens en Argentine

Page 71 à 83
Dominique Marchetti,   L'internationale des images

Pratiques

Page 84 à 94
Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini,   Les enjeux de la traduction Traduire les penseurs politiques florentins de l'époque des guerres d'Italie
Résumé ]Version HTML ]Version PDF ]
 

Aucun commentaire: