Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



vendredi 20 septembre 2013

en ligne: Savoir/agir n°22, Militer

Savoir/agir n°22, Militer

Paroles

Une prise de conscience syndicale en Guadeloupe, par Pierre Odin

Chronique de la gauche de gauche

Front de gauche : Débats en cours et (re)structurations en vue, par Louis Weber
Sociogenèse du « Front de Gauche » Enquête (1)
Entretien avec François Delapierre, propos recueillis par Gérard Mauger

Rhétorique révolutionnaire

La construction européenne : « grandes idées » et « petits calculs », par Gérard Mauger

Alterindicateurs

Les indicateurs de « performance » universitaire. Outils statistiques de la privatisation de l’excellence, par Nicolas Brusadelli et Frédéric Lebaron

Actualités

En Grèce, le retour du vote de classe ?, par Vernardakis Christoforos

Idées

Écrire l’histoire de la formation militante, par Jean-Numa Ducange

Chronique

Journal d’un précaire, par Mustapha Belhocine

Europe

Convergences en Europe

(source:  Savoir/agir)

Aucun commentaire: